• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un très grand besoin de vacances

Un très grand besoin de vacances - Anthony Wenger

Ce n’était pas très important, pour moi, de ne pas pouvoir partir en vacances, mais j’ai bien vite compris que ma conjointe était très déçue de ne pas pouvoir s’en aller pour quelques jours. Comme le toit et une extension de notre résidence étaient en cours de réalisation, je ne pouvais pas m’absenter. Non seulement, je devais diriger le chantier, mais j’y participais. Avec Jacques et Olivier, j’avais commencé à monter l’agrandissement, il m’était impossible de les laisser. J’ai bien réfléchi à une solution pour satisfaire ma femme, mais je n’en ai pas trouvé. Désespéré, j’ai appelé ma petite sœur, qui m’a toujours donné d’excellents conseils. Après m’être informé des résultats de ses Soins ongles des pieds Terrebonne, dont je voulais connaître son avis, j’ai abordé le sujet sensible du moment. Patricia me rassura : elle réglerait notre problème très vite, je ne devais plus m’en soucier.

Elle promit de me rappeler dans la soirée, car quelques idées lui étaient apparues. Elle se renseignerait avant de me présenter son plan. Confiant, je me remis tout l’après-midi, avec mes deux amis, à monter les murs et à commencer la charpente de la nouvelle pièce. Nous ne pouvions plus vivre à quatre, c’est-à-dire, nous deux et nos deux enfants, dans deux chambres. Une supplémentaire devenait une évidence. J’avais entrepris la construction de cet aménagement en pensant que tout irait vite. Bien évidemment, je me suis complètement trompé dans mes estimations de temps. Non seulement, des trombes d’eau sont tombées pendant plus de quinze jours, en plein mois de juillet, mais aussi, un vent terrible nous a empêché, en juin, de commencer à nettoyer la toiture.

Composée d’ardoises carrées de grand format, elle est assez originale, mais elle nécessite un entretien soigné ; j’aime le côté esthétique de cette couverture de toit, mais je n’avais pas pensé que je devrais y monter pour enlever les tuiles cassées moi-même. Avec le vent de juin, d’autres étaient tombées. Je devais les remplacer. Par contre, ces morceaux brisés m’ont servi à entretenir la couleur bleue de mes hortensias en pot. Je ne les sors que lorsque les gelées sont passées, même s’ils supportent tout de même la fraîcheur. En été, leurs fleurs sont magnifiques, et elles durent tout le long de cette saison. Les fleurs sèchées sont décoratives, et mon épouse les recouvre de peinture dorée. Elles ajoutent une note de fête pendant les longues nuits d’hiver.

À propos de l’auteur :

author